Articles

– Pourquoi le choix du synthétiseur virtuel Sylenth.

sylenth_thumb

Le choix en matière de synthétiseurs est vaste et il est difficile de s’y retrouver : hardware, software le débat est sans fin depuis que les instruments virtuels (VST) existent.

Les fervents défenseurs du synthétiseur physique mettent en avant la qualité inégalable du son,  et les défenseurs des Plug-in la simplicité d’utilisation.

J’ai testé les deux configurations :

Pour le synthétiseur physique,  la qualité du son est évidente, néanmoins attention, lors de  l’enregistrement  une carte son standard peut vous fait perdre tout le bénéfice de la qualité du son.

Pour pallier à ce problème un investissement conséquent est nécessaire: carte sons de qualité, consoles etc  (prix important) .

Aujourd’hui un Minimoog Voyager coûte 5500 euros .

Un autre inconvénient majeur du synthétiseur physique est le choix des sons qui n’est pas illimité, et au bout d’un certain temps le risque de lassitude arrive (beaucoup revendent leur matériels après quelques années d’utilisation seulement)

Pourquoi le choix du synthétiseur virtuel Sylenth :

sylenth

Aujourd’hui les synthés virtuels proposent des sons de qualité à l’image de la série des Moog qui ont été les premiers à émuler le son de la machine Hardware ou du moins à s’en rapprocher ( le temps des premiers synthétiseurs virtuels avec un son métallique est révolu) .

Parmi tous les VST du marché mon choix s’est arrêté sur le Sylenth, car la qualité et la puissance des sons m’ont tout de suite séduit, et c’est celui qui se rapproche le plus du son Hardware.

Fini les pertes de qualité à l’enregistrement, les banques de sons sont illimitées et cerise sur le gâteau, on peut créer ses propres sons assez rapidement.

Et pour finir l’argument du prix à 130 euros, a fini de me convaincre.

Be the first to comment on "– Pourquoi le choix du synthétiseur virtuel Sylenth."

Leave a comment

Your email address will not be published.


*